Mais qu’a-t-il de plus que moi ? Voix de la jalousie ?

Mais qu'a-t-il de plus que moi ? La question fuse alors que votre conjoint se découvre un concurrent... Que révèle cette interrogation de votre couple et de celui qui la pose ?

« Mais qu’a-t-il de plus que moi ? » vous demande votre conjoint qui se rend compte de votre infidélité.

Cette question, qui relève de la comparaison (« que moi ») et de la hiérarchisation (de plus »), est profondément humaine : nous cherchons systématiquement à nous comparer à autrui, à nous positionner. Mais là, me direz-vous, cela vous irrite ; vous vous demandez, fort philosophiquement, si l’amour va de pair avec un bilan (pertes / gains ; positif / négatif)…

Alors vous cherchez à comprendre le sens de cette interrogation…

Cette question relève de la curiosité, celle de l’inconnu, de l’interdit, du tabou ; elle peut cacher un « fait-il mieux l’amour que moi ? ». Plus rarement un « lit-il le grec ancien et est-il fourmillant d’idées ? »…

Le comparatif « plus » obère le « moins ». En creux, votre conjoint se demande probablement si son compétiteur est moins collant, moins autocentré, moins fatiguant, moins invitant à vous justifier, moins preneur d’énergie, moins plan-plan, moins dubitatif, moins pépère… La question cache rarement un bilan personnel : « qu’est-ce que je ne t’ai pas apporté, qu’il t’apporte ? ».

« Mais qu’a-t-il de plus que moi ? » illustre alors un manque de communication. Oui, pourquoi ne pas en avoir parlé avant ? Cela n’aurait rien changé car votre interlocuteur n’écoute pas vos réponses. Il se réfugie dans un « avant » sans date ni âge, en ne conscientisant pas (ou en ne voulant pas conscientiser) que vos routes se sont séparées.

L’absence de communication évacue le « nous », le « nous » inclusif », le « nous » de vous et de votre conjoint ; elle interroge un présent qui ne peut être justifié que par des actes passés… passés à la trappe de l’indifférence à l’autre membre du couple.

« Mais qu’a-t-il de plus que moi ? » est donc la question qui révèle à celui qui la pose qu’il est passé, qu’il est placé, à côté de vous depuis longtemps sans avoir su communiquer (vous non plus d’ailleurs). Indéniablement, cette question est le révélateur d’une incommunication.

Choisirez-vous retendre la main vers votre légitime en regardant derrière ou continuerez-vous la route entamée avec Monsieur Plus ? En avant !

Fondateur de Psychanalyste.Paris. Profil de Serge-Henri Saint-Michel et articles publiés.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.